C’est la fin pour les verres fait main !

La fin d’un monde, le début d’une ère.

Il me semble que c’est en ou vers 2012, que j’ai mis le premier pied dans le monde des verres soufflés bouche avec les Zalto. Au fil du temps, la supériorité de ces calices s’est faite de plus en plus évidente. Le verre soufflé bouche possède des qualités intrinsèques difficiles à émuler par le fait machine, à savoir la finesse des verres et leur légèreté. Ce sont également ces verres qui bénéficient des meilleures formes. Ainsi, la supériorité des verres Zalto, Sophienwald ou Lehmann fait bouche était une évidence indépassable.

De gauche à droite : Stölzle Cocoon Bourgogne, Stölzle Cocoon Vin rouge, Josephinen Hütte N°2, Lehmann Glass Lallement 3#

Toutefois, ces dernières années est apparue une tendance nouvelle avec des verres machines ultralight. Ceci a commencé par une infamie mais la situation a évolué rapidement en 2023

Acte 1 le crime de lèse-majesté, le coup de poignard dans le dos : Spiegelau Definition

En 2020 frappe un coup de tonnerre dans le petit monde pas si feutré de la verrerie œnologique. Riedel, via sa filiale Spiegelau décide de lancer une gamme infâme avec une killer feature : le verre machine allégé. C’est la série Definition. Il s’agit d’une copie pure et simple de Zalto, l’épine dans le pied de Riedel, que ces derniers ont élaboré dans un désir mal dissimulé de vouloir faire d’une pierre deux coups. D’une part, Riedel pouvait tester son nouveau process et la réception de ce dernier par le consommateur et d’autre part, ils pouvaient essayer d’assener un coup fatal au rival que dis-je, au trublion Zalto, qui leur a coupé l’herbe sous le pied du leadership verrier avec leur révolution d’il y a quelques années.

Si on passe outre l’infâmie de sortir une vile copie, qui non seulement démontre une incapacité créatrice de Riedel mais par ailleurs sape leur propre stratégie de diversification et spécialisation des verres (rappelons qu’outre le design brillant de Zalto, l’idée de ne faire que quatre verres, blanc, Universel, Bourgogne et Bordeaux était le contre-pied total des dizaines de modèles différents sur les gammes Riedel), Riedel nous a sorti là un produit novateur et potentiellement une révolution pour le monde du verre œnologique.

Côte à côte, Zalto Universal et Bourgogne et Spiegelau Definition correspondants.

Cette révolution, c’est quoi ?

Comme je l’indiquais en introduction, la supériorité des verres soufflés bouche réside d’une part dans leurs designs supérieurs, ce qui est un choix du verrier car la forme n’est que marginalement liée à des capacités ou incapacités des machines, et d’autre part dans la finesse et la légèreté des verres réalisés de la sorte. Cette dernière caractéristique semblait difficile à égaler avec une machine, tant il devient difficile de travailler le verre. La contrepartie était un prix beaucoup plus élevé des verres soufflés bouche.

La proposition de Riedel revenait d’un coup à balayer les deux arguments justifiant le prix très nettement supérieur des verres soufflés bouche.

Et qu’en était-il du résultat ? Outre la honte consommée d’avoir copié un concurrent alors qu’on est le leader du marché tant effectivement que symboliquement, il faut reconnaître que la proposition était brillante. Le succès du verre est d’ailleurs incontestable, ce qui est logique vu que le design de référence est l’un des meilleurs existants à l’époque… sinon le meilleur.

Est-ce que le verre était parfait ? Non. L’équilibre était mauvais. L’affinage du verre n’était pas vraiment possible au niveau des jonctions et on se retrouvait avec un verre présentant des faiblesses structurelles (dans le pied notamment) ainsi qu’un équilibre discutable. Dans l’ensemble cela restait une proposition intéressante puisqu’on pouvait toucher à l’excellence pour moins de la moitié du prix d’un original Zalto.

Acte 2 La révolution est contagieuse.

A la suite de cette sortie fracassante, deux marques en particulier ont emboité le pas à Riedel. Je suis un peu perdu dans les dates mais je dirais que c’est Lehmann Glass qui a le premier dégainé des version ultralight de ses verres, puis ou de manière concomitante, Stölzle avec la série Starlight en 2022 (date à confirmer). Starlight propose un design original pour le coup, remarquablement similaire à Zalto en rendu, malgré la différence de look, ce qui prouve bien qu’on pouvait faire aussi bien sans copier.

Ces verres sont encore meilleur marché que les Definition mais on note que le gain en poids, s’il est indiscutable, n’est pas suffisant pour réellement concurrencer le fait machine. La proposition de Lehmann est un peu meilleure avec des verres très plaisant et quasiment au même poids que les soufflés bouche. Lehmann prend d’ailleurs soin de ne pas réaliser des copies conformes de ses verres bouche.

A ce moment, je suis encore un peu dubitatif sur le processus. Cela offre certes des verres qui sont indiscutablement meilleurs que les verres machine habituels, à un tarif cependant très nettement supérieur. Il me semble à ce moment qu’on développe ainsi un intermédiaire intéressant entre le verre mécanique standard et le verre soufflé bouche. Cependant, un Fine Beaujolais se retrouve quasiment au même poids qu’un Starlight, pour un excellent rendu et un prix largement inférieur.

C’est à ce moment que j’ai pu discuter de la stratégie de Zwiesel concernant ce nouveau processus. Ces derniers n’ont pour le moment pas de série machine allégée. L’argument de Zwiesel était que le processus entraine un surcoût extrêmement important autant au niveau temps que énergie. Ce qui rendait le processus peu intéressant, à moins de concessions importantes. Je pensais notamment que ça expliquait le gain finalement limité de Starlight…

Il était aussi clair que le procédé était moins intéressant pour une marque possédant déjà des verres faits bouche, ce qui était le cas de Zwiesel…

Acte 3 Stölzle Lausitz met tout le monde d’accord.

2023, alors que je ne m’y attendais pas du tout, Stölzle sort deux gammes allégées : Cocoon et Fino, et redésigne sa gamme Starlight. Je découvre ces verres en février 2024 ainsi que les allégés de Lehmann. C’est un choc. Starlight passe à 125g par verre, ce qui les amène… au poids des Zalto 2023. Car oui, Zalto a revu ses process et ses nouvelles fournées se trouvent entre 118 et 126g par verre au lieu de 100-109 grammes du départ. A ce tarif, on arrive tout simplement au même poids.

Mais la révolution sont surtout les Cocoon et Fino. Stölzle met tout le monde d’accord avec ces verres. Fini les problèmes d’équilibre et les faiblesses structurelles d’un pied trop fin et de soudures trop épaisses.

Il y a maintenant pratiquement deux mois que j’utilise indifféremment Cocoon de Stölzle et Psyché de Lehmann, WCS Rioja de Zwiesel et Josephine N2… le résultat est qu’ils enterrent tous Zalto. Mais surtout, j’utilise avec autant de plaisir Cocoon que le WCS Rijoa de Zwiesel. La différence étant plus un choix de rendu car Cocoon est plus sur la puissance qu’un confort d’utilisation.

Il y a encore 2 ans, je n’aurais pas envisagé utiliser un verre machine indifféremment d’un soufflé bouche. Ce qu’a démontré Stölzle, n’est rien moins que mettre en lumière l’obsolescence du verre soufflé bouche. La seule chose qui lui reste à défendre est un savoir-faire. Il est en effet indéniable que la technique requise pour l’élaboration d’un verre à la bouche ne pourra lui être retiré. La niche du soufflé bouche va donc être la même que les produits de luxe des secteurs de la mode : la préservation d’un savoir-faire.

A la lumière des développements récents, je pense donc que quasiment tous les verres actuellement soufflés bouche vont passer en mécanique ultralight. Il y aura peut-être un positionnement tarifaire différent… je verrais en effet les séries fait bouche subsister mais à des tarifs sensiblement plus élevés. Josephinen Hütte est l’exemple parfait : c’est un verre innovant, qui apporte toujours un plus et qui se positionne très nettement plus cher, donc dans la niche luxe. Je ne serais donc pas non plus étonné qu’on assiste à un renouvellement global des gammes.

Notons toutefois que le verre soufflé bouche est loin d’être universellement répandu. Le développement de ces gammes mécanique ultra fines, ultra légères va aussi permettre de monter en gamme, sur des verres plus fins et plus agréables à utiliser.

Post Your Thoughts